Egalité et Diversité

Une commission ordinale en faveur de l’égalité et de la diversité professionnelles : parité, égalité femmes-hommes, stéréotypes… deux des membres de la commission témoignent de leur propre expérience

En octobre 2017, le Conseil supérieur prenait acte de la mise en place d'une commission thématique dédiée aux réflexions en matière d'égalité et de diversité professionnelles, au-delà de la seule question de la féminisation de la profession.

Placée sous la responsabilité de Florence AMPHOUX, géomètre-expert à Pignan dans l'Hérault, la commission rassemble une dizaine de géomètres-experts aux profils variés, femmes, hommes, ultramarins, métropolitains, récemment installés ou exerçant de longue date.

Confrontées chacune à leur façon à ces enjeux dans leur pratique professionnelle, deux géomètres-experts nous livrent leur point de vue et nous font part de leur expérience personnelle.

Marion Mousset, géomètre-expert à Vertou en Loire-Atlantique

Marion Mousset a 34 ans. Elle est associée depuis 2010 avec deux géomètres-experts, un homme et une femme. Son cabinet compte une vingtaine de collaborateurs avec une parité naturellement respectée.

En tant que femme, elle exprime combien il est parfois compliqué de tout gérer. Maman d'une petite fille, elle admet qu'elle ne verrait que trop peu son enfant si son conjoint n'était pas père au foyer, un schéma encore peu répandu mais qui lui permet d'exercer pleinement son activité de géomètre-expert.

La question de la fameuse «charge mentale» qui pèse traditionnellement sur les femmes est une réalité pour elle. Approchée par son Conseil régional au moment du renouvellement par tiers des sièges du Conseil - le premier renouvellement imposant une parité* - Marion a préféré ne pas présenter de candidature craignant de souffrir d'une carence de légitimité en étant élue en seule considération de son sexe. Pourtant, l'envie de s'impliquer localement était bien présente.

* Ordonnance n° 2015-949 du 31 juillet 2015

Annick Rézaire-Magit, géomètre-expert à Remire Montjoly en Guyane

Annick Rezaire-Magit fait figure d'exception. C'est la seule femme géomètre-expert en Guyane. Si elle a rejoint la commission c'est pour encourager, mieux «inspirer» toutes ces jeunes femmes effrayées à l'idée de mener de front tous les défis que l'on doit relever lorsqu'on est une femme, une maman, une chef d'entreprise et... dans un milieu d'hommes.

A peine 13 % des géomètres-experts sont des femmes et quand on est la seule sur tout un département !

Pour Annick, c'est Séverine Vernet, Vice-présidente du Conseil supérieur qui s'illustre comme un modèle à suivre. Impressionnée par son parcours – présidente du Conseil régional de Paris de 2013 à 2017, associée, mère de famille – elle a suivi son exemple en se disant «oui, c'est possible» et si Annick peut provoquer cet élan, transmettre par son implication ce message implicite à toutes celles qui, comme elle, ont douté ou doutent encore alors cela n'aura pas été vain.

Les stéréotypes sexués ont la peau dure. Amusée, Annick se remémore son premier congrès national à Montpellier. Accompagnée de son époux, c'est lui qu'on invitait à rejoindre l'amphithéâtre pour la reprise des travaux et elle a retrouvé les autres accompagnateurs pour les visites guidées, étant entendu que le géomètre-expert était nécessairement monsieur au sein du couple.

Une chose est certaine, toutes et tous ont à cœur de traiter ces enjeux et ceux qu'ils entrainent avec eux. Parmi les chantiers de la commission, la question de la maternité lorsqu'on est professionnelle libérale (congé maternité et Sécurité sociale indépendants ex RSI) ou encore l'accompagnement des stagiaires pour faciliter leur entrée dans la profession de géomètre-expert.