L’OGE s’engage contre l’homophobie et le SIDA

Créé et animé par des entrepreneurs et cadres dirigeants d’entreprise, qui ont décidé de rassembler leur détermination et leurs moyens pour que soit enfin gagnée la bataille contre l’homophobie et le sida, le fonds de dotation LINK poursuit sa mobilisation avec toujours plus de force et de détermination. La preuve en est qu'il fêtera bientôt ses 9 ans.
C’est tout naturellement que la profession, qui œuvre au quotidien pour que chacun puisse bénéficier d’un cadre de vie durable, a souhaité s’engager, aux côtés du fonds de dotation LINK, pour réaffirmer que la qualité du cadre de vie doit prendre en considération les enjeux d’inclusion sociale et de santé publique.
Rencontre avec son initiateur et président, Michel Simon.

LINK fêtera bientôt ses 9 ans avec un bilan remarquable. A qui s’adresse-t-il, quelles sont ses actions et ses cibles et en quoi son business model est-il singulier ?

M.S. : Link a la capacité de mobiliser des grands donateurs, d'organiser des événements originaux, élégants, bienveillants, business. LINK est un fonds de dotation créé et animé par une cinquantaine de femmes et d'hommes, entrepreneurs et cadres dirigeants d'entreprise, concernés par l'épidémie de sida, et l'enjeu sociétal qu'elle représente (médical, social, économique).

Nous savons que l'épidémie de sida peut être stoppée en une dizaine d'années, en France et ensuite dans le monde. LINK a été spécifiquement créé pour mobiliser les grands philanthropes, les dirigeants et cadres d'entreprise, les entreprises elles-mêmes, en somme les hommes et les femmes dans leur vie personnelle et professionnelle.

Le fonds de dotation choisit d'établir un dialogue d'un genre nouveau pour convaincre, échanger, impliquer des populations qui n'ont pas été directement sollicitées ou pour lesquelles une autre approche est nécessaire. LINK concentre ses efforts sur les stratégies les plus efficaces de réduction des nouvelles contaminations. Il mobilise des financements privés élevés qu'il investit sur des programmes opérationnels à déploiement rapide et à fort impact pour l'arrêt de la propagation du virus. LINK a reversé plus de 2,5 millions d'euros dans la lutte contre le sida, notamment à l'association AIDES, au travers du dîner LINK pour AIDES dont c'est la 10e édition cette année.

Comment l’engagement d’un ordre professionnel tel que celui des géomètres-experts peut-il vous être utile ?

M.S. : Si les premières mobilisations ont historiquement été menées au sein de la société civile. C'est encore à la société civile aujourd'hui de s'impliquer pour en finir avec l'épidémie en mobilisant davantage les personnes concernées. Il est essentiel pour nous que les professions libérales s'engagent dans ce combat à nos côtés.

Nous avons rencontré le Directeur général de l'Ordre des géomètres-experts, Hervé GRÉLARD, et lui avons présenté nos stratégies et nos projets. Nous avons aussi longuement échangé sur l'engagement sociétal de l'Ordre des géomètres-experts (OGE). Il est important pour nous que l'OGE puisse par son engagement exemplaire inciter d'autres professions libérales à rejoindre ce mouvement. La présence des géomètres-experts à notre dîner au profit de l'association AIDES le 3 décembre est le commencement d'un bel engagement que nous espérons pérenne.

Quelles perspectives envisagez-vous pour Link dans les années à venir ?

M.S. : Notre fonds travaille à augmenter encore les financements qu'il peut lever directement pour financer les programmes les plus efficaces. Pour cela, il mobilise de nouveaux acteurs majeurs du monde de l'entreprise et crée de nouveaux événements de levées de fonds (un bal à Paris prochainement). Il va par ailleurs bientôt engager une levée de fonds directe sur des projets de plus de 5 million d'euros.

Enfin, nous savons que pour gagner la bataille contre le sida, toutes les forces doivent se rassembler pour plus d'efficacité. Aussi, nous nous engageons à renforcer nos liens avec toutes les grandes structures qui lèvent des fonds privés afin que nos actions se coordonnent et se renforcent. Ces dix prochaines années se joue la dernière bataille pour stopper effectivement cette épidémie. Et nous comptons bien la gagner, ensemble.