Le projet de loi LOM et les GE

Il y a huit ans, l'Ordre des géomètres-experts (OGE) s'est doté d'un Agenda 21 consacrant sa politique de développement durable. Parmi les actions clés de cet Agenda 21, un certain nombre concerne les déplacements. L'adoption, le 26 novembre dernier, du projet de loi d'orientation des mobilités (LOM) fait donc clairement écho à la dynamique éco-citoyenne dans laquelle s'inscrit l'OGE.

L'OGE fort d'un Agenda 21

En 2010, l'OGE a décidé de se doter d'un Agenda 21 (le premier à l'échelon d'une profession), afin de marquer davantage son engagement éco-responsable. Optimiser les déplacements dans les cabinets, favoriser les nouvelles mobilités et circulations douces ou encore développer la mobilité du travail, telles sont quelques-unes des actions inscrites dans celui-ci.

Dans la foulée, l'OGE a publié des brochures de sensibilisation, des guides méthodologiques et des documents pragmatiques afin de permettre à la profession de s'ancrer dans une dynamique de réduction de l'empreinte environnementale des déplacements. Un acte fort et qui témoigne d'un enjeu sociétal d'actualité, comme l'illustre l'adoption du projet de loi LOM.

Un projet de loi en cohérence avec les actions de la profession

Le 26 novembre dernier, en effet, en conseil des ministres, Elisabeth Borne, ministre auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, chargée des Transports, a présenté le projet de loi LOM. Objectif : améliorer la mobilité au quotidien de tous les citoyens et dans tous les territoires, grâce à des solutions de transports plus efficaces, plus propres et plus accessibles.

La nouvelle signature de l'OGE, "Garant d'un cadre de vie durable", prend donc plus que jamais tout son sens.