Les formations BIM généralisées auprès des géomètres-experts

Investi depuis de nombreuses années dans le process BIM, l’OGE a signé une lettre de soutien aux formations labellisées par buildingSMART France. Objectifs : promouvoir et généraliser la culture BIM auprès des géomètres-experts et soutenir la certification BIM internationale.

La certification BIM internationale, gage de confiance auprès de la maîtrise d’ouvrage et des clients

Bien que les compétences métiers, à la fois techniques et juridiques, restent le socle fondamental des géomètres-experts, il est nécessaire de les compléter par des connaissances connexes liées à la digitalisation et l’intégration du numérique dans les pratiques et projets. La formation continue s’avère être l’outil pédagogique efficace pour permettre à chaque géomètre-expert d’être à la pointe des technologies utilisées. Par ailleurs, l’OGE, partenaire depuis 15 ans de buildingSMART France, s’est engagée aux cotés de l’association de l’openBIM en France, comme l’ont fait une vingtaine d’autres partenaires, acteurs de la construction et de la formation, pour promouvoir les formations labellisées auprès des géomètres-experts et soutenir la certification professionnelle openBIM basée sur un référentiel reconnu au niveau international.

« buildingSMART International a lancé un programme de certification individuelle pour encourager les acteurs à acquérir les connaissances fondamentales de l’openBIM et créer ainsi de la confiance. En France, nous avons initié, en plus, un label formation openBIM. Il s’agissait d’aider les professionnels à repérer des formations de qualité qui entendent le BIM comme un mix entre 80 % d’humain et 20 % de technologies. Car il s’agit bien avant tout d’échanges de données et de processus collaboratifs, et non de formation aux logiciels. Le fait que l’OGE soutienne nos actions « compétences openBIM » donne une nouvelle opportunité aux géomètres-experts d’apporter du conseil aux collectivités sur les enjeux de la qualification et la continuité numériques des données au travers de leurs différentes missions », rappelle Frank Hovorka, Président de buildingSMART France. « L’openBIM, ce sont des processus qui concernent les données libres, fiables, interopérables, traçables, pérennes… Elles sont indispensables pour positionner un ouvrage sur la durée dans son contexte territorial. Le concept de l’openBIM passe donc par la création de connaissances que tous les acteurs devront s’approprier et mettre en application. », complète Pierre Benning, co-directeur MINnD sur les Infrastructures. « Les géomètres-experts ayant suivi ces formations labellisées bénéficieront ainsi de la confiance des maîtres d’ouvrage et pourront accroître leur visibilité vis-à-vis de leurs clients », se réjouit Joseph Pascual, Président du Conseil supérieur de l’Ordre des géomètres-experts.

 

 BIM : un cadre technologique pour anticiper les territoires de demain

Le géomètre-expert est un des acteurs majeurs de l’aménagement et du cadre de vie ainsi que de la gestion du patrimoine. Il intervient en amont (relevé de l’existant, projet d’aménagement, analyse juridique), pendant (implantations, contrôles de précision) mais aussi en aval (gestion de copropriété, diagnostics immobiliers) de la chaîne numérique de l’acte de construire. Il est un maillon essentiel de la transformation ainsi que de la rénovation du bâti et s’inscrit donc pleinement dans la dimension collaborative du BIM parmi l’ensemble des professionnels de l’acte de bâtir. Le géomètre-expert produit des modèles numériques 3D des bâtiments existants. Il va ensuite les analyser et les qualifier juridiquement et géométriquement, notamment au niveau de la précision des données acquises qu’il géoréférence pour en garantir la cohérence grâce au réseau de positionnement satellitaire Teria déployé par la profession en 2005. Le géomètre-expert est le seul professionnel qualifié à définir la limite de propriété dans laquelle va s’inscrire la maquette numérique.

Le géomètre-expert intervient principalement au niveau du BIM « tel que construit », c’est-à-dire dans le cadre d’opérations de rénovation/réhabilitation, et dans une moindre mesure sur des projets de constructions neuves. Le process BIM peut en effet s’appliquer à chaque étape du cycle de vie d’un bâtiment : de sa conception, sa réalisation, sa gestion, sa réhabilitation jusqu’à sa déconstruction. Mais on voit aujourd’hui émerger des expérimentations d’utilisation du BIM pour les ouvrages d’art, les VRD (voiries et réseaux divers) et demain, on peut imaginer y faire appel pour l’aménagement des quartiers, la gestion des territoires voire de la ville connectée. Tout un champ d’applications sur lequel le géomètre-expert doit se positionner aujourd’hui, notamment par le biais de la formation et des nouvelles technologies.

 

En soutenant la certification BIM internationale, l’OGE démontre une nouvelle fois sa volonté de garantir l’intégration des données numériques dans les projets liés au bâti, à la fois dans une optique de pérennité, de traçabilité et de continuité. En outre, permettre à l’ensemble des géomètres-experts d’enrichir leurs compétences sur le volet BIM, c’est aussi offrir à chaque acteur de la profession les moyens de mieux anticiper les enjeux urbains de demain, de construire des territoires, reflets des attentes des usagers comme des constructeurs ou des collectivités, et donc de bâtir un cadre de vie durable et cohérent.

Qu’est-ce que le BIM ?

Le BIM (Building Information Modeling) est un process de travail collaboratif appliqué à un bâtiment ou un ouvrage. Il désigne l’ensemble des modes opératoires mis en œuvre pour optimiser le cycle de vie de l’immeuble, de sa conception à sa démolition/restructuration, et qualifie les échanges de données entre les différents intervenants. Le BIM s’appuie sur une maquette numérique, modélisation en 3D d’un bâtiment, d’une infrastructure dans son contexte.

Le BIM = un processus d’échange d’informations + une base de données + une représentation géométrique en 3D.