L’habitat individuel a de l’avenir

Le groupe de travail missionné par Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au logement, poursuit ses travaux sur l’avenir de l’habitat individuel. Point d’étape sur les avancées de ce travail pluridisciplinaire.

L’OGE fédère sur la question de l’habitat individuel

En juin dernier, Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au logement, demandait à l'Ordre des géomètres-experts de piloter un groupe de travail interrogeant les pistes pour l'avenir de l'habitat individuel en France au regard des enjeux de sobriété foncière. Depuis, de nombreux acteurs ont répondu présent.
La première réunion, le 22 septembre, a ainsi rassemblé la Fédération des SCoT*, l'Union Nationale des Aménageurs*, le Conseil National de l'Ordre des Architectes*, l'Office Professionnel de Qualification des Urbanistes*, la Fédération Française du Bâtiment, la Fédération des Promoteurs Immobiliers, la Fédération Française des Constructeurs de Maisons Individuelles... et bien sûr les géomètres-experts.

Diagnostiquer et apporter des solutions

L'ensemble des participants ont remis, le 20 octobre dernier, leurs éléments de constat quant à l'habitat individuel (état de l'existant, attentes des citoyens, estimation des besoins, marché économique) et l'état de l'art des connaissances et compétences mobilisables pour dessiner des solutions.
Prochain rendez-vous, le 27 octobre, avec une deuxième réunion qui devrait aboutir à la synthèse de ce diagnostic ainsi qu'à la formulation des premières solutions pour tenter de concilier les attentes de 80 % des français, qui souhaitent vivre en logement individuel.

Garantir un cadre de vie durable, c'est anticiper les grands enjeux sociétaux et environnementaux de demain. Parmi ces derniers, la capacité à trouver un savant équilibre entre la satisfaction des besoins individuels et la protection de l'intérêt collectif, ici, la nécessité d'économiser le foncier et de préserver la biodiversité. Nul doute que les géomètres-experts, avec leurs retours d'expériences divers et complémentaires, sauront argumenter et faire des propositions dans ce sens, lorsqu'ils remettront leur rapport à la ministre, en décembre prochain.

* : membres de l'Observatoire National du Cadre de Vie