L’OGE mobilisé pour l’intégration des réfugiés ukrainiens

Dès le début du conflit en Ukraine, l’Ordre des géomètres-experts s’est rapidement mobilisé pour faire preuve de solidarité à l’égard des 85 000 réfugiés arrivant en France. Concrètement, la profession a sensibilisé les cabinets et leurs équipes afin qu’ils accueillent des collaborateurs Ukrainiens. L’Ordre s’engageant notamment à faciliter le processus de recrutement de ces derniers. Retour d’expérience avec ce témoignage croisé de François Bottraud, gérant du cabinet BBASS, dans le sud de la France, et Rostislav, réfugié ukrainien et nouveau collaborateur au sein de l’équipe.

Quand êtes-vous arrivé en France ? Exerciez-vous la profession de géomètre-expert en Ukraine ?

Rostislav : « Alors que le conflit avec la Russie débutait en février et après l’intensification des bombardements, j’ai eu la chance de rejoindre la France en avril 2022. Les géomètres-experts et l’ensemble des membres du cabinet ont été très accueillants. Je ne connaissais absolument pas le métier de géomètre-expert. C’est une découverte. J’ai accompli à la fois des tâches de terrain et administratives ».

 

Comment avez-vous connu Rostislav et dans quel cadre s’est fait son recrutement ?

F.B : « Dans une commune pour laquelle nous travaillons, le maire nous a informés de l’accueil de réfugiés ukrainiens sur le territoire. Il recherchait des entreprises de la région qui pourraient leur donner du travail afin de faciliter leur intégration. Un des salariés de notre cabinet travaillant comme aide opérateur en détection de réseaux s’est blessé pendant son temps libre. Il a été arrêté pendant six mois. L’idée a alors germé de pouvoir répondre à notre besoin en ressource humaine en faisant un geste pour les réfugiés au regard de leur situation. Nous nous sommes alors mis en contact avec la mairie. Rostislav était partant pour nous rejoindre. Nous l’avons donc embauché en remplacement de notre collaborateur ».

 

Pourquoi le choix de la France ? Etes-vous content d’y avoir trouvé un emploi ?

Rostislav : « J’ai toujours aimé la France alors, quand j’ai dû partir, je n’ai pas beaucoup réfléchi. Avoir un logement et un emploi permet de mieux vivre la situation. Mon pays est en guerre et je crains que cela ne dure encore un moment. En attendant de pouvoir rentrer, il faut bien vivre. Je ne souhaitais pas dépendre des autres. L’équipe du cabinet BBASS a été formidable avec moi. Cela a été très facile de trouver ma place. Début juillet, je pars pour de nouvelles aventures mais je remercie énormément les géomètres-experts et l’ensemble de l’équipe qui ont bien voulu m’accueillir car cette expérience a été un tremplin pour moi ».

 

Est-ce que le manque de connaissance de la langue pose des problèmes ?

F.B : « En six mois Rostislav a déjà fait beaucoup de progrès en français. Pour le reste, nous utilisons google translate pour faciliter nos échanges. Ce qui, à la base, aurait pu être un frein à l’embauche de Rostislav, personne n’étant russophone au cabinet, n’en a finalement pas été un ».

 

Le processus d’embauche de Rostislav a-t-il été difficile ?

F.B : « En France, depuis le 9 mars, les réfugiés d’Ukraine peuvent obtenir un statut de protection temporaire, qui dure six mois et peut être prolongé jusqu’à trois ans. Le statut donne le droit d’être officiellement employé. Rostislav a ainsi pu obtenir une autorisation de séjour qui lui donne le droit de travailler en France. Le processus pour nous a été très facile. Son intégration au sein du cabinet n’a posé aucun souci, tout le monde avait à cœur de bien l’accueillir ».

 

La profession fait face à une pénurie de collaborateur. L’embauche de Rostislav répond-elle à ce besoin ? Conseilleriez-vous à vos confrères l’accueil d’un réfugié Ukrainien ?

F.B : « Comme je le disais précédemment, l’embauche de Rostislav nous a permis de pallier le remplacement d’un collaborateur en arrêt pendant six mois. Rostislav nous a donné pleine satisfaction et nous lui avons même proposé un CDI mais il a préféré partir pour d’autres aventures. Cela aura été une expérience très enrichissante et très valorisante pour les équipes et je conseille cette expérience à l’ensemble de mes consœurs et confrères ».

 

Fidèle à son engagement citoyen, l’Ordre des géomètres-experts a illustré une nouvelle fois l’esprit de solidarité et de co-construction qui anime l’ensemble des acteurs de la profession. En accueillant au sein de ses cabinets des réfugiés ukrainiens, la profession démontre que chacun a sa place pour mener à bien le métier de géomètre-expert. C’est aussi l’opportunité pour les géomètres-experts français de confronter leur vision de l’aménagement du territoire à des professionnels riches d’un autre angle et d’un autre savoir-faire. Garantir un cadre de vie durable, c’est donc plus que jamais faire preuve de résilience, d’adaptabilité et d’ouverture d’esprit…