L’olympisme et l’expertise de la mesure

Les Jeux Olympiques de Tokyo débuteront le 24 juillet prochain, et les géomètres-experts seront, d’une certaine manière, de la partie : d’aucuns ont mis leur expertise au service de la performance sportive. D’autres, en France, travaillent déjà aux implantations des équipements sportifs des jeux de Paris 2024. Rencontre avec deux géomètres-experts pour comprendre ce que la profession peut apporter à l’olympisme.

Géomètres-experts et olympisme : hormis l’extrême précision, le lien entre les deux domaines n’est pas évident. Pourtant, vous intervenez tous deux sur des sujets liés aux Jeux Olympiques ?

Adeline Lecointre, géomètre-expert à Guipavas, près de Brest (29) : « Pour ma part, l'olympisme est surtout une histoire familiale. Ma sœur est skipper olympique depuis plusieurs années, dans la discipline de la voile – et plus exactement du « 4,70 m » équipage féminin, un équipage composé de deux athlètes. Elle a participé aux jeux de Londres et a été médaillée de bronze aux jeux de Rio, et elle est bien sûr engagée dans la préparation des jeux de Tokyo.
Une course de voile, c'est la synergie entre un voilier et son équipage. L'exploit athlétique est au cœur de la réussite, bien sûr, mais la qualité du matériel est primordiale. L'entraîneur de l'équipe m'a demandé d'effectuer des mesures de vérification du parfait équilibre du voilier. »

Christophe Luquet, géomètre-expert à Meaux (77) : « Notre cabinet accompagne depuis plus de 30 ans des collectivités ou des entreprises spécialisées pour l’installation des équipements. Pistes d’athlétisme, de kayak, de cyclisme… Nous intervenons en trois temps : une première fois, lors du début des travaux, pour l’implantation des infrastructures (les pentes, les distances…), une deuxième fois, pour donner les guides de traçage des lignes, et une dernière fois pour effectuer les relevés réels qui permettront l’homologation de cet équipement.
C’est une mission qui allie les exigences du BTP – rapidité et agilité – avec l’extrême précision des géomètres-experts, poussée à son paroxysme. Là où les opérations foncières exigent une précision au centimètre près, les cahiers des charges des fédérations internationales sont plutôt à 2 mm près, avec une tolérance de 5 mm. Et, rien que pour les huit couloirs de course, il y a 350 points à implanter – ajoutez à cela les autres disciplines telles que le saut en hauteur, en longueur, le lancer de javelots… Ce n’est possible que grâce à des équipes hyper-spécialisées, et du matériel adapté. »

Les enjeux sont donc très différents : un géomètre-expert peut aussi bien intervenir pour donner à un athlète les clefs techniques pour libérer sa performance sportive, ou au contraire veiller à l’équité des concurrents ?

C.L. : « Effectivement, les mesures d'implantation et d'homologation d'un équipement viennent conforter les athlètes : le cadre (piste, bassin, parcours, etc.) dans lequel va se dérouler la compétition répond aux critères de distances et d'inclinaison fixés par la fédération internationale ou le comité olympique, les plaçant donc dans des conditions familières et contrôlées. »

A.L. : « L'intervention que j'ai pu réaliser sur le voilier qui sera présenté en compétition ne vise pas à donner un avantage sportif : j'ai simplement réalisé les mesures de pointe inhérentes à notre profession pour contrôler le bon équilibre du bâtiment. Symétries bâbord/tribord, bien sûr, mais aussi l'emplacement de la quille, les repères du mât, les axes et alignements de la dérive et de la barrel l'accastillage et le placement des poulies... En somme, vérifier qu'aucun élément physique de la constitution du voilier ne vienne entraîner un dysfonctionnement.
Une partie de ces mesures seront refaites par le corps arbitral sur place, mais ces contrôles poussés en amont permettent d'éviter toute mauvaise surprise, et de garantir aux deux athlètes qu'aucun désaxement ou léger défaut ne viendra perturber leur prestation. »

C.L. : « Finalement, nos deux interventions ont à peu près le même but : libérer la performance sportive, rassurer l'athlète quant à ce qui l'entoure et lui permettre de se concentrer sur son exploit individuel. »