Se reconvertir : géomètre-expert

Nombreux sont les adultes qui interrogent leur parcours et envisagent une deuxième vie professionnelle à l’issue de quelques années d’expérience. Depuis 2012, le DPLG permet à des personnes, exerçant un métier scientifique, juridique ou en lien avec le cadre de vie, d’accéder à un parcours de formation spécifique pour les accompagner dans une évolution professionnelle vers le métier de géomètre-expert. En témoignent Guillaume Geneau, géomètre-expert dans l’Essonne, et Laurent Progeas, géomètre-expert à Saint Malo.

Vous avez tous deux eu une première vie professionnelle : quel a été votre parcours et comment vous a-t-il mené vers l’idée de devenir géomètre-expert ?

Guillaume Geneau : « J'étais ingénieur en chimie dans le domaine de l'environnement. J'avais la responsabilité d'un site assurant la gestion de déchets industriels dangereux. Mon métier me plaisait mais j'avais envie d'être indépendant, de monter mon entreprise ou d'exercer en libéral.
Je connaissais le métier de géomètre-expert par mon réseau personnel et j'avais toujours été attiré par l'aspect technique et scientifique du métier. Et puis, je ne souhaitais pas quitter le secteur du cadre de vie, qui me tient toujours à cœur. »

Laurent Progeas : « Pour ma part, je suis issu d'une formation BTS en topographie et travaillais en cabinet de géomètre-expert depuis 1994 ! J'avais exercé des postes à responsabilité mais je me suis rapidement trouvé limité en autonomie. »

Comment s’est organisée votre reconversion ?

L. P. : « Je me suis lancé en l'an 2000 et j'ai achevé mon parcours en 2003. Les dispositifs d'accompagnement n'existaient presque pas, j'ai donc financé ma formation par mes propres moyens : mon stage obligatoire de trois ans était heureusement rémunéré et j'ai préparé le DPLG en cours par correspondance. J'ai quand même dû suivre quelques modules de formation en présentiel. »

G. G. : « Oui, c'est un parcours qui demande une certaine organisation personnelle et un géomètre-expert bienveillant pour accueillir un stagiaire et lui accorder le temps nécessaire aux formations en présentiel. Mon propre parcours a été établi en lien avec le Conseil régional de Paris, auprès duquel je m'étais inscrit en tant que stagiaire. Ils ont bâti, avec moi, un dispositif de formation spécifique pour compléter mes acquis scientifiques : du droit, de la géodésie... J'ai suivi plusieurs formations en présentiel, au Mans, via des modules de deux à trois semaines. C'est irréalisable si on n'a pas un employeur volontaire, qui s'engage à nos côtés dans cette démarche. Vraiment, c'est un projet qui se construit à deux. »

L. P. : « Mais la profession est vraiment mobilisée, je connais de nombreux confrères très engagés pour accompagner des parcours de reconversion, que ce soit pour devenir géomètre-expert ou technicien de cabinet. »

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui s’engagerait dans un parcours de reconversion en géomètre-expert via le DPLG ?

G. G. : « Il faut vraiment être disponible, donc bien planifier ses absences avec son employeur et ne pas oublier à quel point l'organisation personnelle est importante. Il ne suffit pas d'assister au cours, il faut les réviser pour avoir la moyenne aux examens... Et puis, rédiger un mémoire n'est pas chose facile. Ce mémoire doit être sanctionné de la moyenne à l'écrit et lors de la soutenance orale au Mans. C'est vraiment un gros investissement personnel. »

L. P. : « Tout à fait, le DPLG aujourd'hui est très exigeant, le choix du sujet est déterminant. Mais la récompense finale le justifie : le métier est passionnant et offre des libertés d'exercice (en individuel ou en cabinet, salarié ou chef d'entreprise, en secteur urbain ou rural...) inégalées. »

Le métier de géomètre-expert attire chaque année de plus en plus de candidats.
Et si demain c'était vous ?
Soucieux de transmettre les bases du métier, de favoriser l'accès à la profession de tous les talents, l'OGE est plus que jamais actif pour accompagner les candidats qui souhaitent se reconvertir géomètres-experts. Alors, on vous attend nombreux pour ensemble garantir un cadre de vie durable. Une mission passionnante et stimulante !